Dong Bâh!

Octette de batteries revisitées

Dominic Frey, Lukas Knoepfel, Francesco Miccolis,
Nicolas Monguzzi, Luc Müller, Marcel Papaux,
Cyril Regamey, Jean Rochat

Dong Bâh est un projet qui rassemble 8 batteurs sachant taper sans leurs batteries. Pour l’été 2017, ils préparent une création originale: un spectacle percussif qu’ils construiront et coécriront durant une résidence de création d’une semaine au Théâtre 2.21 à Lausanne. Ils présenteront au public, à l’issue de la résidence, un concert intimiste qui se déclinera ensuite sous différentes formes pour l’intérieur comme pour l’extérieur, sur des scènes de festivals en Suisse romande et ailleurs. 

Jean Rochat, Marcel Papaux, Luc Müller, Cyril Regamey, Dominic Frey, Lukas Knoepfel, Francesco Miccolis, Nicolas Monguzzi percussions
Guillaume Rossier création lumière
Jérôme Piguet | RJ41 productions teaser vidéo
Marcin de Morsier son vidéo
Nicolas Monguzzi graphic design
Aurélie de Morsier | Les écuries administration 


Dong Bâh!

Avec Dong Bâh, ne confondons pas batteurs et percussionnistes. Dans ce projet, la consigne est claire: une caisse claire, un tom basse et jouer debout. Pour le reste, une entière liberté, mais tout sauf l’ombre d’un dispositif trop familier… Même s’ils s’affichent avec une impressionnante collection d’immenses gongs, de lames géantes de scie circulaire ou de roues de charrette, les batteurs de ce collectif percussif possèdent aussi chacun un attirail sensationnel de petits objets et de jouets qu’ils utilisent comme instruments de musique. Avec Dong Bâh, la percussion se réinvente du macroscopique au microscopique.

Inspiré par Room 02 – quartet de batteries qui a sillonné la Suisse Romande et le Tessin entre 2000 et 2012 – Eric Lazor (Théâtre 2.21) a proposé à Luc Müller (Room 02) ainsi qu’à Jean Rochat (un autre batteur fou) de créer un projet de batterie pour le Festival de la Cité 2009 : une première mouture de Dong Bâh est née. Elle ressemble à sept batteurs parmi lesquels, Jean Rochat et Luc Müller, bien sûr, mais aussi Lukas Knoepfel, Francesco Miccolis, Nicolas Monguzzi (Room 02), Raphael Nick et Cyril Regamey.

En juin 2016, pour la première édition du festival Ô Vallon à Lausanne, Dong Bâh comporte un batteur supplémentaire Dong Bâh est maintenant huit et l’un d’eux n’est plus dans le projet: Raphael Nick a, en e et, laissé sa place à Marcel Papaux (fondateur de Room 02) et à Dominic Frey

Avec cette formule, Dong Bâh rassemble huit batteurs qui ont souvent été amenés à collaborer, parfois en duo, parfois en trio ou en quartet, dans différents projets musicaux et qui ont développé une esthétique et une approche de leur instrument similaire et complémentaire

Après la soirée de percussions improvisées sur la place du Vallon, l’idée est nettement là. Il faut proposer une véritable création scénique avec ce collectif frappeur, cogneur, frotteur et couineur. Avec le soutien et la collaboration du Théâtre 2 21, Dong Bâh va maintenant réaliser un projet en trois étapes durant l’été 2017 et proposer différentes formes de leur octette.  

Résidence pour une création

La première étape est une phase de résidence de création au Théâtre 2.21 Ces journées permettront de travailler et de se concentrer sur le son et de développer une matière sonore originale. Il s’agira de partir dans les extrêmes, dans l’improvisation comme dans des moments composés, de déconstruire le rythme pour pouvoir éprouver ensuite la densité du son et explorer des dynamiques propres à cette formation. Ce temps en commun sera aussi l’occasion d’apprendre à mieux se connaître musicalement pour instaurer une véritable complicité entre les batteurs. Développer un langage commun, trouver des mises en place et des contraintes pour, ensuite, avoir la possibilité de mieux s’en libérer.

Pendant les derniers jours de cette phase de résidence, les musiciens seront accompagnés par un créateur lumière. Ce dernier inventera un éclairage pour habiller scéniquement cette proposition musicale, rendre des atmosphères visuelles et sublimer les différents objets et instruments de percussion utilisés par Dong Bâh. Le résultat de cette résidence sera présenté au public pour deux concerts intimistes, dans la salle 1 du 2.21

Une troisième étape sera présentée lors d’un festival en plein air en juin-juillet 2017. Il s’agira cette fois de montrer la machine scénique toute puissante et imposante de ces huit percussionnistes et créer une nouvelle atmosphère percussive pour une autre qualité d’écoute et un public différent.